Reflux Gastro-Oesophagien « RGO »

0
3263

Introduction :

Affection fréquente qui atteint 10% de la population.

Reflux Gastro-Oesophagien "RGO"En période postprandiale et pendant une brève période, c’est physiologique.

En particulier chez le nourrisson.

Il devient pathologique :

  • S’il est répétitif
  • S’accompagne d’œsophagite.

Physiologie du RGO et de l’Œsophagite de reflux :

1) ETIOLOGIE :

a) Problème anatomique au niveau du cardia :

Il s’agirait d’une incontinence du cardia.

b) Association à une hernie hiatale :

Concerne 2 malades sur 3.

c) Problème au niveau du sphincter inférieur de l’œsophage (SIO) :

Ce sphincter est l’élément physiologique le plus important contre le reflux.

Son incontinence donne des RGO très sévères.

Il est constitué de fibres musculaires lisses.

Il est innervé par le nerf X (nerf vague).

Il peut s’agir d’une atteinte de ces muscles lisses.

Baisse aussi pendant la grossesse : œstroprogestatifs.

Les lésions sont dues au RGO pour 3 raisons :

  • Reflux des ions acides (H+) dans l’œsophage
  • Reflux de pepsine associée à l’acidité du suc gastrique
  • Reflux de sécrétions bilio-pancréatiques associées aux ions H+ Pour qu’il y ait lésion, il faut un certain temps de contact.

Il faut qu’il y ait également baisse de résistance du tissu épithélial de l’œsophage.

2) CONSEQUENCES SUR LA MUQUEUSE :

a) Érosion de la muqueuse :

b) Ulcère :

Ulcération de la muqueuse.

c) Sténose de la paroi œsophagienne :

On classe ces lésions en fonction de leur gravité.

Diagnostic :

1) SIGNES FONCTIONNELS :

a) Pyrosis :

Douleurs rétro-xiphoïdiennes à type de brûlures acides.

Elles irradient de manière ascendante vers la bouche.

Typiquement postprandiales, lors de l’antéflexion ou du décubitus.

S’associe à des régurgitations liquides ou alimentaires.

b) Dysphagie :

Associée au pyrosis.

c) Douleur pseudo-angineuse :

Mime la douleur d’angor : cause d’hospitalisation.

d) Manifestations ORL :

  • Fausse angine
  • Laryngite
  • Aphonie

e) Association fréquente avec l’asthme :

L’un aggrave l’autre : inhalation du reflux.

Voie réflexe entre le RGO et les bronches.

f) Pneumopathies :

g) Apnées du sommeil :

2) EXAMENS COMPLEMENTAIRES :

a) Endoscopie gastro-duodénale :

Elle fait le diagnostic à 100%.

Elle permet de déceler les lésions associées :

  • Ulcère
  • Sténose
  • Cancer

b) pH-métrie :

En particulier chez les nourrissons.

Mais on peut aussi la faire chez un adulte.

Analyse le pH œsophagien. Elle se fait en ambulatoire.

c) Manométrie :

Permet de mesurer la pression œsophagienne.

Utilise le péristaltisme de l’œsophage.

Evolution et pronostic :

Les symptômes sont intermittents.

Ils vont rétrocéder avec ou sans traitement.

L’évolution des œsophagites est mal connue.

Elle provoque à elle seule peu de cancers.

La proportion est beaucoup plus grandes chez les personnes ayant des facteurs associés :

  • Tabac
  • Boissons trop chaudes 5 à 10% des patients ont des complications sévères :
  • Ulcère
  • Sténose
  • Hémorragie

Grave en cas d’association avec un brady-œsophage.

10% des patients qui en sont atteints développent un cancer de l’œsophage.

Traitement :

A – MESURES HYGIENO-DIETETIQUES :

*Surélévation de la tête du lit de 20 cm.

*Éviter la sieste

*Éviter les efforts violents en postprandial

*Éviter la position penchée en avant

*Diminuer l’alimentation riche en graisse

*Éviter les aliments qui diminuent la pression du sphincter :

  • Chocolat
  • Café
  • Alcool
  • Tabac

*Éviter la surcharge pondérale

B – CONTRE-INDICATIONS MEDICAMENTEUSES :

Tous les médicaments agressifs pour la muqueuse :

  • Aspirine
  • AINS
  • Anticholinergiques : inhibent la cholinergie
  • Inhibiteurs calciques
  • Bêtabloquants
  • Dérivés nitrés
  • Œstroprogestatifs

C – TRAITEMENT :

a) Prokinétiques :

Renforcent l’activité des fibres musculaires lisses.

* PRIMPÉRAN ® (Métoclopramide) : attention aux dyskinésies (antidote : LEPTICUR) 10 mg/j, ½ heure avant les 3 repas

* MOTILIUM ® (Dompéridone) 10 à 20 mg/j.

* PRÉPULSID ® (Cisapride) 5 à 10 mg/j.

Effet cicatrisant sur la muqueuse

b) Antiacides :

Diminuent l’agressivité du liquide de reflux.

Ils tamponnent les ions H+ : neutralisent l’activité acide du reflux.

Ils ne cicatrisent pas la muqueuse :

  • GAVISCON
  • MAALOX

Se donnent après les repas.

L’acidité est maxi une heure après les repas.

c) Traitement des lésions d’œsophagite :

Médicaments qui adhèrent aux zones lésées.

Sucralfates :

  • ULCAR
  • KÉAL

d) Antisécrétoires :

*Anti-H2

Diminuent l’acidité du suc gastrique : ions H+.

Réduisent le flux sécrétoire d’acidité.

  • TAGAMET (Cimétidine)

*Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)

  • MOPRAL ® (Oméprazole)
  • OGAST
  • LANZOR
  • ZOLTUM

Très longue durée d’action.

Cicatrisent les lésions œsophagiennes en 12 semaines.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.