Infections digestives

0
1389

Infections bactériennes :

A) Diarrhées infections +++ :

Infections digestivesÉmission trop rapide de selles trop liquides.

Phénomène pathologique se manifestant par l’élimination d’une quantité anormale de selles  (notamment d’eau) > 300g/js.

syndrome cholériforme : diarrhée aqueuse avec selles en eau de riz, très fréquente, douloureuse sans fièvre.

syndrome dysentérique : selles nombreuses, afécales, glaireuses, mucopurulentes, parfois sanglantes, douloureuses, +/- ténesmes, fièvre selon étiologie.

mécanismes de virulence :

– libération d’une toxine → atteinte de la fonction sécrétoire, touche l’intestin grêle proximal.

– infection par germe entéro-invasif qui envahit les cellules épithéliales → destruction,       réaction inflammatoire intense de l’intestin grêle puis dans colon.

– mixtes : syndrome gastro-entérique.

B) Salmonelloses non typiques et TIA (toxi-infection alimentaire) :

Contamination :

– animale (œufs, laitages, viandes crues)

– eau non potable ds PVD

– rupture chaîne du froid

Clinique :

– diarrhée aiguë fébrile + céphalées

– fièvre 38,5°

– +/- déshydratation

Traitement : ATB (oflocet®, Ciflox®) + hydratation

C) TIAC (toxi-infection alimentaire collective) +++

Défini par l’apparition d’au moins 2 cas d’une symptomatologie, en général digestive dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire.

Maladie à DO

Problème de santé publique : fréquente + gravité

Infections virales :

A) Hépatite A :

Contamination oro-fécale, asymptomatique

– phase pré- ictérique : anorexie, frissons, nausées, asthénie, syndrome grippal, fièvre, céphalée, myalgie, urticaire.

– phase ictérique : ictère, décoloration des selles, urines foncées, disparition de la phase pré-ictère.

Examen clinique +++. Diagnostic/ sérologie.

Évolution : favorable en 10- 15js. Jamais de phase chronique.

Traitement :

– Prévention : mesure d’hygiène et protection du péril fécal, vaccination (Havrix®)

– Symptomatique

B) Hépatite B :

Virion infectant = particule de Dane

Transmission : parentérale, sexuelle, salivaire (si sang), mère/ enfant. 

Clinique :

– polymorphisme clinique d’hépatite aiguë ictérique

– asymptomatique

Diagnostic/ sérologie

Traitement :

– forme aiguë simple : prophylaxie et/ ou dépistage de l’entourage

– forme fulminante : greffe si coma + symptomatique.

Prévention : vaccination

C) Hépatite C :

Contamination/ voie sanguine (ex : après piqûre accidentelle)

Évolution :

– chronicisation = 85%

– guérison spontanée = 15%

Traitement : sevrages +++, Interféron et Ribavirine