La Brucellose au sein de la Wilaya de LAGHOUAT

0
478

La Brucellose au sein de la Wilaya de LAGHOUATMaladie commune à l’homme et à certains animaux, due à des germes du genre brucella. Brucella melitensis (chèvres) est l’agent habituel de la maladie humaine. Brucella abortus bovis (bovins) et Brucella abortus suis (porcs) sont plus rarement en cause.L’homme est contaminé par voie cutanée (la brucellose est reconnue comme maladie professionnelle) ou digestive (consommation de lait ou de fromages crus provenant d’animaux infectés).La maladie d’abord observée sur le pourtour méditerranéen, est actuellement de répartition cosmopolite.

La Brucellose constitue la maladie à déclaration obligatoire la plus prévalente ces dernières années dans notre Wilaya après l’Envenimement Scorpionique :

Années 1990  1991  1992 1993  1994  1995  1996 1997 1998 1999 2000  
S.S LAGHOUAT 2 8 19 103 70 86 221 331 547 426 168
S.S Aflou 0 0 0 0 0 0 1 0 13 4 48
Wilaya Laghouat 2 8 19 103 70 86 222 331 560 430 216

La Brucellose au sein de la Wilaya de LAGHOUAT - 1

Années Fréquences Taux de Morbidité / 100.000 Habitants Population
1994 70 25,74 271.846
1995 86 30,86 278.604
1996 222 77,74 285.546
1997 331 113,11 292.629
1998 560 178,19 314.270
1999 430 133,96 320.990
2000 216 62,67 344.660

Le Taux de Morbidité Annuelle de Brucellose

Wilaya de LAGHOUAT 1994 – 2000

La Brucellose au sein de la Wilaya de LAGHOUAT - 2

Communes Fréquence Pourcentage
Laghouat 44 20,37 %
El Assafia 0 0
Sidi Makhlouf 0 0
Ksar El Hirane 11 5,09 %
Benacer Ben Chohra 25 11,57 %
Hassi R’mel 07 3,24 %
Hassi Delaa 12 5,55 %
Ain Madhi 0 0
Tadjmout 07 3,24 %
El Houita 01 0,46 %
El Khneg 11 5,09 %
Tadjrouna 01 0,46 %
Aflou 03 1,38 %
Sidi Bouzid 35 16,20 %
Sebgag 0 0
Oued Mourra 0 0
Oued M’zi 0 0
El Ghicha 0 0
Brida 01 0,46 %
Taouiala 0 0
Hadj Mechri 04 1,85 %
Gueltat Sidi Saad 01 0,46 %
Ain Sidi Ali 0 0
Beidha 04 1,85 %
H.S (Djelfa) 49 22,68 %
TOTAL 216 100 %

La Brucellose au sein de la Wilaya de LAGHOUAT - 3

Les différents problèmes rencontrés concernant la Brucellose à Laghouat :

– Disponibilité des médicaments en quantité insuffisante sachant que la Rifampicine (traitement le plus efficace associé à la Doxyciclline) est délivrée dans le cadre du traitement contre la Tuberculose.

– Fréquence des complications en particulier Ostéo-articulaires nécessitant un traitement de longue durée allant jusqu’à 6 mois.

– Fréquence des cas hors secteur tous de Djelfa, 49 (22,68 %) sur 216 pour l’an 2000.

– Les médecins du Secteur Sanitaire de Djelfa nous orientent les cas pour examen para-clinique (Rose Bengale) et prise en charge thérapeutique complète.

– Importance du coût du traitement allant de 7000 DA pour les cas non compliqués jusqu’à 30.000 DA pour les cas compliqués avec prise en charge en milieu Hospitalier.

– Tous les cas de Brucellose de l’an 2000 sont d’origine Caprine, cela pose des difficultés surtout pour le dépistage par les vétérinaires (importance du nombre de cette espèce, élevage à domicile non déclaré).

– Manque d’information et de sensibilisation de la population sur la Brucellose.

Mesures préventives à prendre pour diminuer le nombre de cas de la Brucellose :

+ Education sanitaire aussi bien pour les personnes exposées que pour la population générale

à ce qui est fait actuellement « journée de sensibilisation en milieu scolaire ».

+ Collaboration entre l’Inspection Vétérinaire – le Laboratoire Régionale Vétérinaire et le Service d’Epidémiologie et de Médecine Préventive :

– Dès que des cas Animaux sont dépistés par les vétérinaires le S.E.ME.P doit être immédiatement informé pour faire une sortie avec dépistage chez les humains autour du foyer animal atteint (prélèvements sanguins systématiques et interrogatoire).

– Dès que des cas Humains sont dépistés l’Inspection Vétérinaire doit être informée de même pour dépister les cas dans le cheptel appartenant à la famille concernée pour assurer l’abatage des cas positifs.

à Ce qui ce fait depuis notre écrit datant du 24 Février 2001.  

– Les moyens de diagnostic doivent être mis en commun ce qui renforce la collaboration et l’efficacité des mesures de contrôle.

+ Abattage des animaux infectés en assurant surtout une indemnisation réglementaire.

Dr Boulaghmen Nabil Ahmed
Chef de Service du S.E.ME.P de LAGHOUAT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici