Généralités endocrinologie

0
1708

L’endocrinologie est le domaine de la médecine qui s’intéresse à l’action des messagers chimiques ou hormonaux, à leur régulation ou à leur métabolisme.
Les endocrinologues prennent en charge des patients ayant des dysfonctionnements hormonaux ou des maladies touchant les glandes endocrines.
Les problèmes endocriniens habituels comprennent :
• Le diabète de type I et II
• Les désordres thyroïdiens
• Les maladies osseuses métaboliques
• Les maladies surrénaliennes et hypophysaires
• Les troubles de la croissance et des gonades
• Les problèmes nutritionnels ou lipidiques

Hormones :

1) DEUX GRANDS TYPES D’HORMONES :

a) Hormones peptidiques : chaînes d’acides aminés

  • Généralités endocrinologieInsuline, Glucagon
  • GH, LH, FSH Doivent être administrées par injection.

Action sur les récepteurs de la membrane cellulaire.

1/2 vie courte.

b) Hormones stéroïdiennes :

  • Cortisol
  • Hormones thyroïdiennes 1/2 vie longue.

Peuvent être ingérées : non sensibles aux sucs gastriques.

2) LE RÉTROCONTRÔLE OU FEED-BACK :

a) Régulation autocrine :

Directement par la cellule elle-même.

Par une cellule très proche : régulation paracrine.

b) Régulation endocrine :

Elle passe par la circulation sanguine.

3) MULTIPOTENCE :

Les hormones peuvent agir sur plusieurs organes à la fois.  

Pathologies endocriniennes :

a) le diabète :

Très fréquent : 3% de la population (2 millions en France).

Les patients consultent pour :

  • Surveillance
  • Début d’un traitement par insuline
  • Élévation de l’hémoglobine glycosylée
  • Diabètes instables : hyperglycémies ou hypoglycémies fréquentes
  • Glycémies très élevées : acidocétose, coma hyperosmolaire
  • Apparition de complications : coma
  • Patientes diabétiques désirant une grossesse
  • Diabète gestationnel
  • Indications d’un équilibre glycémique strict
  • Patient devant bénéficier d’une intervention chirurgicale
  • Éducation

b) Les maladies thyroïdiennes :

  • Dysthyroïdies
  • Ophtalmopathies basedowiennes
  • Nodules thyroïdiens
  • Anomalies biologiques thyroïdiennes
  • Thyroïdites
  • Anomalies à un test de dépistage néonatal de l’hypothyroïdie : test du buvard

c) Troubles surrénaliens ou hypophysaires :

  • Tumeurs hypophysaires ou hypothalamiques
  • Cushing, acromégalie, hyperprolactémie
  • Panhypopituitarisme
  • Diabète insipide ou syndrome de sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique
  • Anomalies électrolytiques
  • Tumeurs surrénaliennes : phéochromocytome, adénome, carcinome et syndrome de Cushing.
  • Maladie d’Addison
  • Insuffisance surrénalienne après corticothérapie
  • Hypertension artérielle
  • Sécrétion ectopique d’hormone

d) Croissance et anomalies incluant l’infertilité et l’impuissance :

  • Troubles de la croissance
  • Avance ou retard pubertaire
  • Non virilisation
  • Ambiguïté sexuelle
  • Cryptorchidie
  • Aménorrhée
  • Galactorrhée
  • Troubles du cycle menstruel
  • Hyperplasie congénitale des surrénales, hirsutisme, virilisation
  • Gynécomastie
  • Ménopause

e) Anomalies lipidiques et nutritionnelles :

  • Hyperlipidémie ne répondant pas aux premières mesures thérapeutiques
  • Obésité
  • Complications hormonales des troubles du comportement alimentaire
  • Hypoglycémie
  • Anomalies du métabolisme héréditaire Quelques chiffres :
  • Diabète sucré : 2 à 5% de la population
  • Nodules thyroïdiens : 40% à 40 ans
  • Hypercholestérolémie familiale : 1/500
  • Tumeurs surrénaliennes : 2%
  • Cancer de la thyroïde : 30% à l’autopsie
  • HTA endocrinienne : 5%
  • Obésité : 2 français sur 3 se trouvent gros

Le diabète est considéré par l’OMS comme le 2ème fléau mondial après le SIDA. 

Bilan lipidique : 

1) DIFFÉRENTS TYPES DE GRAISSES :

Principalement du cholestérol et des triglycérides.

Normale :

  • Cholestérol : < 2 g/l
  • Triglycérides : < 1,5 g/l

Les graisses ne sont pas solubles dans l’eau.

Pour circuler dans le sang, elles doivent être liées à des apolipoprotéines.

La liaison des graisses avec les apolipoprotéines donne des particules :

  • HDL (Apolipoprotéine

A) qui prend le cholestérol dans les vaisseaux et l’emporte vers le foie pour être métabolisé : c’est le bon cholestérol

  • LDL (Apolipoprotéine

B) qui apporte le cholestérol vers les vaisseaux : mauvais cholestérol

Pour savoir si on a du bon ou du mauvais cholestérol, on dose le LDL.

Il doit être < 1,3 g/l.

Ce qui est mauvais :

  • Cholestérol B
  • Triglycérides B (discuté)
  • Apolipoprotéine A (HDL) N
  • Apolipoprotéine B (LDL) B
  • Lp (a) B

2) POUR FAIRE DIMINUER LES TRIGLYCERIDES :

a) Régime :

  • Arrêt de l’alcool
  • Arrêt du sucre
  • Diminution du poids

b) Fibrates :

3) POUR FAIRE DIMINUER LE CHOLESTÉROL :

a) Statines :

  • ZOCOR ®
  • ELISOR ®

b) Fibrates :

Moins efficace.

c) Résines :

d) Lipophérèse :

Les tests : 

Servent à détecter un déficit ou une hypersécrétion par l’influence d’un régulateur de la sécrétion ou synthèse de l’hormone.

Exemple du test à la TRH :

On le fait pour tester la production de TSH : l’hormone dont la sécrétion est provoquée par la TRH.

On fait 7 prélèvements :

  • Deux 30 min et 15 min avant l’injection
  • Une au moment de l’injection
  • Quatre à 15, 30, 60 et 120 min après l’injection On envoie au laboratoire : résultats 15 jours plus tard. 

Examens morphologiques : 

a) étage hypothalamo-hypophysaire :

  • IRM
  • Scanner

b) Étage thyroïdien :

  • Échographie
  • Scintigraphie

c) Pancréas :

  • Écho-endoscopie

Les traitements : 

Toutes les hormones vitales sont aujourd’hui remplaçables.

Par pompe ou par injection,

on peut administrer toutes les hormones essentielles :

  • LHRH
  • HMG
  • GH
  • Thyroxine
  • Insuline
  • Glucagon
  • Cortisol
  • Aldostérone
  • Testostérone
  • Œstrogènes