Démarche diagnostique en dermatologie

0
648

Sémiologie :

A – ANAMNÈSE :

Histoire de la maladie.

Interrogatoire du patient.

On recherche:

. Un prurit (si les lésions démangent)

. Une brûlure

B – MODALITÉS ÉVOLUTIVES DE L’ÉRUPTION :

Démarche diagnostique en dermatologie. Localisé/diffus

. Brutal/progressif

. Aspect initial des lésions

. Mode d’extension de chaque élément

. Évolution générale de l’éruption

. Traitement appliqué.

C – L’ENVIRONNEMENT : 

Forte proportion de pathologies cutanées dues à une agression externe:

. Physique: UV, froid

. Chimique: environnement professionnel.

Préciser l’évolution par rapport à l’exposition aux différents agents.

L’examen physique :

A – GÉNÉRALITÉS :

1) OU OBSERVER ?

a) Peau(malade dénudé) sans omettre les plis

b) Muqueuses(buccale, génitale)

c) Phanères(ongles, cheveux, poils).

2) COMMENT OBSERVER ?

a) Bon éclairage

b) Appareil optiqueéventuellement (loupe)

c) Grattageà la curette

d) Épreuve du verre de montreappliqué sur la peau

e) Lumière de Wood(lumière ultraviolette) pour les mycoses.

3) COMMENT ANALYSER CE QUE L’ON VOIT ?

a) Nature de la lésion élémentaire

b) Groupement de ces lésions élémentaires sur une zone limitée

c) Topographie.

B – LES LÉSIONS ÉLÉMENTAIRES :

1) PRINCIPALES :

a) Macules:lésions sans relief ni infiltrations

. érythémateuse (inflammatoires)

. purpuriques (extravasions de globules rouges dans la peau)

. pigmentaire (hyper ou hypopigmentation)

. achromique (taches blanches).

b) Papules:saillantes et circonscrites, solides, ne contenant pas de liquide.

. diamètre < 1 cm

c) Nodules:grosses papules saillantes, circonscrites, rondes, sans liquide.

. diamètre > 1 cm

d) Vésicules:soulèvement circonscrit contenant une sérosité claire.

. quelques mm

. dans l’épiderme ou le derme superficiel

e) Bulles:soulèvement circonscrit contenant un liquide clair ou hémorragique.

. de 1 à 2 cm de diamètre

f) Pustules:soulèvement circonscrit contenant du pus, donc infectieux.

. le plus souvent autour du poil

2) LES LÉSIONS SECONDAIRES :

a) Squames:lamelles de couche cornée de la peau se détachant de l’épiderme.

b) Croûtes:coagulation d’exsudat à la surface de la peau.

. séreux

. purulent

. inflammatoire

c) Excoriations:après traumatisme superficiel.

. lésion de grattage

d) Ulcération:perte de substance intéressant le derme.

. donne une cicatrice séquellaire

e) Atrophie:peau amincie qui se plisse anormalement.

f) Sclérose:épaississement et induration de la peau.

. elle devient impossible à pincer

Les examens complémentaires :

A – PRÉLÈVEMENT BACTÉRIOLOGIQUE OU MYCOLOGIQUE :

Sur une pustule, à l’écouvillon.

B – RECHERCHE DE FILAMENTS :

Exemples:

. mycologie

. squames

. ongles

. cheveux

C – BIOPSIE CUTANÉE :

a) A l’emporte pièces, avec un « punch » à l’aide duquel on enlève une « carotte »

b) Au bistouri

C’est ensuite l’histologiste qui analyse.

Indications des antiseptiques : 

A – PROPHYLAXIE :

1) MAINS DU PERSONNEL SOIGNANT :

2) PEAU DU PATIENT :

Avant les gestes médico-chirurgicaux

. infections

. ponctions

. chirurgie

B – THÉRAPEUTIQUE :

1) INFECTIONS CUTANÉES :

2) SURINFECTIONS :

. plaies

. dermatoses vésiculo-bulleuses, excoriées, ou ulcéreuses

Un antiseptique est une substance capable:

. d’inhiber la prolifération des souches bactériennes: pouvoir bactériostatique (alcool)

. ou de les détruire: pouvoir bactéricide (Bétadine)

C – CLASSIFICATION :

1) ANTISEPTIQUES A EFFICACITÉ RÉDUITE :

. colorants: Éosine

. oxydants: permanganate de potassium

. dérivés métalliques

2) ANTISEPTIQUES MAL TOLÉRÉS :

. phénol

. alcool

. halogénés

. ammoniums quaternaires

3) ANTISEPTIQUES EFFICACES ET BIEN TOLÉRÉS :

a) Chlorexidine diluée (utilisée à l’AP) :

. Hibiscrub

. Hibitane (utilisé à l’AP)

. Spétéal (lotion)

. Cytéal (moussant)

Incompatibilité avec les tensioactifs

Inactivés par des matières organiques

b) Trichlorocarban :

. Cutisan

. Nobacter

. Septivon

. Solubacter

c) Hexamidine :

. Hexomédine

. Cytéal

Peuvent être allergisants

D – RÈGLES DE PRESCRIPTION :

a) Efficacité, tolérance, galénique

b) Pas d’association

c) Respecter dilution, rinçage, conservation

d) Maximum 3 mois

e) Chez l’enfant:

. pas d’iode (Bétadine)

. pas d’alcool, de nitrate d’argent, ni de trichlorocarban.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici