Chirurgie de l’appareil digestif

0
1564

Les occlusions intestinales :

Chirurgie de l'appareil digestifSyndrome de l’arrêt de transit intestinal.

Absence de gaz et de selles pendant plus de 48 heures.

Deux causes :

  • Fonctionnelle : paralysie des muscles intestinaux (bénigne)
  • Mécanique : obstacle sur le trajet du transit

En cas d’occlusion mécanique, il faut déterminer le siège de l’occlusion.

On parle de syndrome occlusif.

A – CAUSES FONCTIONNELLES :

1) TRIADE CLINIQUE :

a) Douleurs abdominales :

Début plus ou moins brutal.

Déterminer :

  • Nature
  • Siège
  • Intensité

b) Vomissements :

  • Alimentaires
  • Bilieux
  • Fécaloïde

Dépendent de la localisation de l’occlusion.

c) Arrêt des gaz et des matières :

Météorisme.

2) TRAITEMENT :

Il est médical.

B – CAUSES MECANIQUES :

On fait 2 ASP :

  • Debout
  • Couché Face et profil.

Si la personne ne peut se tenir debout, on le fait en décubitus latéral.

1) DEUX TYPES D’OCCLUSION MECANIQUE :

a) Occlusion par strangulation :

Les anses se tordent entre elles. Urgence particulière : risque de nécrose de l’intestin

b) Occlusion par obturation :

Possibilité de dérivation chirurgicale :

  • Externe : à la peau
  • Interne : iléo-cæcale

Si c’est le gros intestin :

Dilatation du cæcum.

Tableau clinique de début insidieux :

  • Vomissements tardifs, voire absents
  • État général longtemps conservé
  • Douleurs plus discrètes en général
  • Météorisme à son maximum

En urgence, on peut faire une colostomie.

2) LES EXAMENS :

a) La coloscopie

b) Le lavement à la gastrografine

La baryte n’est utilisée que sur des occlusions chroniques : risques de complications.

C – LA DILATATION AIGUË DE L’ESTOMAC :

Paralysie et atonie brutale de l’estomac. Origine imprécise.

1) CLASSIQUEMENT LIEE A :

  • Pincement du 3ème duodénum
  • Sténose du pylore

2) CLINIQUE :

  • Douleurs vives
  • Vomissements souvent profus
  • Choc avec tendance au collapsus
  • Altération de l’état général.

Appendicite aiguë :

Inflammation aiguë de l’appendice.

L’appendice est situé à l’extrémité du cæcum.

1) SIGNES :

  • Douleurs à la fosse iliaque droite en général
  • Vomissements
  • Fièvre : 38° à 38°5
  • Langue blanche : saburrale
  • Pouls accéléré

2) EXAMEN CLINIQUE :

a) Palpation :

  • Défense musculaire à la palpation : douleur au point de Mac Burney
  • Douleur plus nette à la décompression

b) Signe péritonéal :

  • Contracture franche

c) Toucher rectal :

Fait souvent le diagnostic.

d) Examen complémentaire :

NFS : hyperleucocytose

3) FORMES SELON LE SIEGE :

a) Forme rétro-cæcale :

Appendice situé derrière le cæcum.

b) Pelvienne :

Peut être révélée par des signes urinaires :

  • Cystite
  • Pollakiurie

Douleur très vive au niveau du cul de sac de Douglas, révélé par le toucher rectal.

c) Mesocœliaque :

Rare. Tableau d’occlusion fébrile.

d) Sous-hépatique :

Localisé dans l’hypochondre droit. Peut simuler une cholécystite.

4) FORMES SELON LE TERRAIN :

a) Chez les personnes âgées :

Diagnostic très difficile.

Aucun examen n’est absolument fiable.

C’est l’évolution qui permet le diagnostic.

b) Chez l’enfant :

Diagnostic différentiel :

Adénite mésentérique (inflammation des ganglions autour de l’intestin).

c) Chez la femme enceinte :

Diagnostic différentiel :

  • Cholécystite
  • Pyélonéphrite

Examen en décubitus latéral.

Intérêt de la cœlioscopie.

Péritonite aiguë :

Toutes les infections aiguës du péritoine.

  • Généralisées
  • Localisées avec abcès : complication d’appendicectomie

DIAGNOSTIC :

Facile en règle générale.

a) Signes fonctionnels :

  • Douleur constante
  • Vomissements inconstants

b) Signes généraux :

  • Fièvre
  • Accélération du pouls

c) Signes physiques :

  • Ventre de bois : contracture abdominale épigastrique
  • Percussion pratiquée en position demi-assise : pneumopéritoine
  • ASP.

Perforations d’ulcère :

Deux types :

  • Gastrique
  • Pylorique : le plus fréquent

1) SIGNES :

  • Douleurs importantes
  • Contracture : abdomen en bois
  • Fièvre
  • Vomissements inconstants

2) INTERROGATOIRE :

  • Prise d’aspirine
  • Douleurs périodiques et rythmées par les repas

3) TRAITEMENT :

a) Méthode de Taylor :

Seulement sur un ulcère qui se perfore à jeun.

Sonde gastrique en aspiration à -30.

Observer l’évolution.

On fait un lavage gastrique abondant.

b) Cœlioscopie :

5 trous.

  • Suture
  • Lavage
  • Drainage

Plus 23 jours sous MOPRAL.

4) DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL :

La pancréatite (pas de pneumopéritoine).

5) COMPLICATIONS :

a) Risques d’abcès :

  • Hépatique
  • Du Douglas

b) Chez les personnes âgées :

Risques :

  • D’embolie pulmonaire : mise sous AVK
  • De complications urinaires.