Traitements adjuvants des chimiothérapies anticancéreuses

0
136

Traitements adjuvants des chimiothérapies anticancéreusesLes chimiothérapies entraînent beaucoup d’effets secondaires. On associe à l’administration d’antimitotiques des adjuvants afin de les limiter.

Les chimio-correcteurs :

A – L’ACIDE FOLINIQUE :

Classe thérapeutique : Folates (Folinate de calcium).

Métabolite actif de l’acide folinique.

Vitamine du groupe B.

Précurseur essentiel des acides nucléiques (ADN) : à la maturation des érythrocytes (globules rouges).

Bonne tolérance : pas d’effets secondaires.

Contre-indication : utilisation isolée lors des carences en vitamine B12.

Donné pour contrer les effets anémiants du METHOTREXATE.

Administré quelques heures après celui-ci.

Action synergique avec le 5-FU dans le traitement des cancers colo-rectaux.. Administré avant chaque cure de FLUORO-URACILE en IV lente.

B – LES ANTIÉMÉTIQUES :

1) GENERALITES :

La plupart des chimiothérapies induisent des vomissements.

Soit immédiatement ; soit jusqu’à 48 heures après l’administration.

Deux notions importantes :

  • Potentiel émétisant propre à chaque anticancéreux
  • Délai et durée d’apparition des vomissements

Deux types de vomissements :

  • Mécanisme d’induction directe
  • Par anticipation psychologique, souvent un jour avant la chimiothérapie

2) LES ANTIÉMÉTIQUES LES PLUS COURANTS :

a) Neuroleptiques antagonistes de la Dopamine :

* Phénotiazines :

  • VOGALENE ® : Métopimazine
  • PLITICAN ® : Alizapride
  • LARGACTIL ® : Chlrorpromazine

* Benzamides :

  • PRIMPÉRAN ® : Métoclopramide

*Butyrophénones :

  • HALDOL ® : Halopéridol

* MOTILIUM ® : Dompéridone

Bien tolérés ; rarement :

  • Somnolences
  • Sécheresse de la bouche
  • Troubles endocriniens
  • Troubles extrapyramidaux
  • Hypotension orthostatique

b) Antagonistes des récepteurs 5-HP3 de la sérotonine (Sétrons) :

Liste I, réservée aux hôpitaux.

  • ZOPHREN ® : Odansétron
  • KYTRIL ® : Granisétron
  • NAVOBAN ® : Tropisétron

Effets indésirables rares :

  • Céphalées
  • Constipations
  • Bouffées de chaleur

Utilisés lorsque les autres traitements sont inefficaces ou mal tolérés.

Progrès thérapeutique : baisse significative du nombre des patients ayant des vomissements chimio-induits

c) Corticoïdes associés :

Accroissent l’effet antiémétique.

3) PROTOCOLE ANTIÉMÉTIQUE AU COURS D’UNE CHIMIOTHERAPIE CYTOTOXIQUE :

Risques émétisants faibles : neuroleptiques + corticoïdes. Risques émétisants élevés : sétrons + corticoïdes

C – LES FACTEURS DE CROISSANCE HEMATOPOÏETIQUES :

Stimulent les précurseurs des globules blancs et rouges, très en amont.

a) Remontée des neutrophiles : lignée granulocytaire

  • NEUPOGEN ® Filgastrrim
  • GRANOCYTE ® : Lénogastrim

b) Macrophages :

  • LEUCOMAX ® : Molgramostine

c) Lignée érythrocytaire : globules rouges

  • EPREX ou RECORMON : Erythropoïétine humaine recombinante

Effets indésirables importants :

  • Douleurs osseuses
  • Myalgies
  • Réaction locale au point d’injection
  • Nausées, vomissements
  • Hypotension
  • Baisse des plaquettes

Surveillance spécialisée :

  • NFS
  • Bilan hépatique, rénal, osseux

Arrêt du traitement si :

  • Effets indésirables importants
  • Élévation trop importante des neutrophiles

Début du traitement au moins 24 heures après le début de la chimio.

Durée : 3 à 7 jours.

D – ÉRYTHROPOÏETINE :

Anémie des patients cancéreux adultes ayant une chimiothérapie contenant du platine.

Beaucoup d’effets secondaires.

Médicaments très chers, étroitement contrôlés. 

Les chimio-protecteurs :

A – UROMITEXAN ® :

Prévention de la toxicité vésicale du Cyclophosphamide et de l’Ifosfamide, très toxiques pour la muqueuse.

  • Cystites hémorragiques d’évolution mortelle ou fibrose.

B – ETHYOL ® :

Prévention du risque de neutropénie dans l’utilisation du Cyclophosfamide et du Cisplatine.

Prévention de la néphrotoxicité cumulative du Cisplatine.

Effets indésirables :

  • Hypotension : surveillance lors de l’injection
  • Nausées, vomissements : antiémétiques antagonistes de la sérotonine

C – CARDIOXANE ® :

Prévention de la cardiotoxicité chronique cumulative liée à l’utilisation de la Doxorubicine.

Cancers avancés ou métastasés.

Surveillance :

Le CARDIOXANE peut augmenter la toxicité hématologique des chimiothérapies.

Surveillance hématologique régulière

Prise en charge des autres effets toxiques :

A – ALOPÉCIE :

Les médicaments les plus alopéciants sont :

  • DOXORUBICINE : Adriamycine
  • DAUNORUBICINE
  • ÉPIRUBICINE
  • CYCLOPHOSPHAMIDES
  • MÉTHOTREXATE

Toujours réversible mais représente un obstacle psychologique sérieux à l’observance du traitement.

Il existe des mesures préventives :

  • Information sur la réversibilité
  • Accompagnement psychologique
  • Achat d’une perruque
  • Casque réfrigérant pendant la chimiothérapie : il existe des contre-indications

B – MUSCITES ET STOMATITES :

Certains médicaments sont responsables de lésions bucco-dentaires fréquentes :

  • BUSULFAN
  • BLÉOMYCINE
  • CYTARABINE
  • DAUNORUBICINE
  • DOXORUBICINE
  • MÉTHOTREXATE

Il existe des mesures préventives :

  • Bains de bouche avec des antifongiques locaux : Amphotéricine B
  • Soins dentaires
  • Maintien de la salivation pour empêcher les caries : salive artificielle, teinture de Jaborandi, solution de Pilocarpine
  • Antifongiques par voie systémique : TRIFLUCAN ® : Fluconazole

Traitement de la douleur :

A – PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR :

À tous les stades de la maladie, il faut traiter la douleur.

La douleur cancéreuse est de nature complexe

Composantes physiques et psychologiques.

Composantes physiques :

  • Extension de la tumeur
  • Douleurs post-chirurgicales
  • Certaines chimiothérapies

Évaluer la douleur et l’état psychologique.

Définir une stratégie thérapeutique : toutes les douleurs ne réagissent pas de la même façon aux antalgiques.

B – LES ANTALGIQUES :

1) DEUX REGLES DE PRESCRIPTIONS :

a) Administration à horaire fixe :

Ne jamais pratiquer d’administration à la demande.

Il ne faut pas attendre que le patient ait mal.

b) Administration par paliers :

Définis par l’OMS :

*Classe des non opioïdes

  • Aspirine
  • Paracétamol : EFFERALGAN ®
  • Naproxène : APRANAX
  • Indométacine : INDOCID ®

*Classe des opioïdes faibles associés à un non opioïde

  • Codéine + Paracétamol : EFFERALGAN CODÉINÉ
  • Dextropropoxyphène + Paracétamol : DI-ANTALVIC

*Classe des opioïdes forts

  • Buprénorphine : TEMGESIC
  • Nalbuphine : NUBAIN
  • Morphine : MOSCONTIN, SKENAN

Augmenter la dose jusqu’au soulagement de la douleur.

Si échec, changer de palier.

À chacun des paliers peuvent être ajoutés des traitements adjuvants :

  • Antidépresseurs
  • Anxiolytiques
  • Anticonvulsivants
  • Corticoïdes

Adaptation au cas par cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici