Explorations fonctionnelles respiratoires

 

En 1993, l’European Respiratory Journal publiait au sein d’un numéro supplémentaire une série de textes officiels décrivant la standardisation des explorations fonctionnelles respiratoires les plus couramment pratiquées en routine, et, au-delà, les règles de bonne pratique correspondantes.

Explorations fonctionnelles respiratoiresCe document faisait entrer dans la modernité les recommandations « historiques » de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier. Dès 1994, conscient de l’importance des enjeux pour les pneumologues, le Comité de Rédaction de la Revue des Maladies Respiratoires alors dirigé par Bruno Housset prenait l’initiative de publier une version française de ces textes.

La traduction avait été effectuée avec talent et rigueur par le Dr Philippe Brenier, et ce fascicule spécial trouva rapidement sa place à côté d’innombrables spiromètres et pléthysmographes, à l’hôpital ou en cabinet, dans le privé ou dans le public. La réalisation du numéro avait, pour des raisons techniques, été confiée à une société extérieure aux éditions Masson. Cette société n’a malheureusement pas conservé les fichiers électroniques ayant servi à la préparation du fascicule spécial, et il s’est avéré au début des années 2000 que les multiples demandes de réédition que recevait le Comité de Rédaction de la Revue allaient devoir rester lettres mortes.

Il a alors été décidé, avec l’appui sans réserve du Conseil d’Administration de la Société de Pneumologie de Langue Française, de réaliser à fonds perdus une nouvelle version des recommandations en français de 1994. Cette nouvelle version, composée en un temps record grâce au professionnalisme de M. Pascal Léger, responsable de la Revue chez Masson a été cantonnée au support électronique par souci d’économies.

Mise en ligne en 2001, elle a immédiatement connu un succès foudroyant. Au cours des trois premières années de disponibilité, cette réédition a été téléchargée à près de 3000 reprises, soit plus de fois qu’il n’y a de pneumologues en France ! Aucun autre argument n’est nécessaire pour se convaincre du bien-fondé de l’opération. Les pneumologues sont soucieux de réaliser des explorations fonctionnelles respiratoires de qualité et de les interpréter avec rigueur, l’engouement pour ce document en atteste.

La réédition 2001 de la version française des recommandations de l’European Respiratory Society n’a bien sûr été possible qu’avec l’accord et le soutien de celle-ci.

Au moment de la prise de contact correspondante, le Comité de Rédaction de la Revue des Maladies Respiratoires a été informé qu’une mise à jour des recommandations, fruit d’un groupe de travail mixte de l’European Respiratory Society et de l’American Thoracic Society, était en préparation. L’idée d’en publier en temps utile une version française a immédiatement été acceptée par la SPLF, et les accords nécessaires ont été trouvés.

Ainsi, dès la publication du premier article rapportant les travaux du groupe de travail ATS-ERS en juillet 2005, le Comité de Rédaction de la Revue a pu lancer le processus de traduction qui conduit en septembre 2006, moins d’un an après la parution du dernier article de la série originale (ATS/ERS task force: standardisation of lung function testing) dans l’European Respiratory Journal, à la mise en ligne du présent document. L’éditorial d’ouverture de la série et les cinq textes qui la constituent sont ici traduits. Une version papier verra peut-être le jour en 2007, en fonction du résultat de négociations avec l’ERS et l’ATS sur la question des droits.

Quoi qu’il en soit, la SPLF et la Revue des Maladies Respiratoires restent avec cette opération à la pointe de la diffusion en français de recommandations internationales dans le domaine de la pathologie respiratoire (voir à cet égard la version française des recommandations ATS-ERS sur l’exploration des muscles respiratoires, ou le texte sur la classification internationale des pneumopathies interstitielles diffuses). Il ne semble en effet exister aucune démarche similaire dans d’autres langues, allemand, italien, espagnol, ou autre.

Concernant l’exploration fonctionnelle respiratoire, la dissémination de recommandations en français va très certainement au-delà d’un simple exercice de style. Les textes qu’a produits le groupe de travail commun ERS-ATS traitent de très nombreux aspects de la spirométrie, de la mesure des volumes pulmonaires, de la mesure de la diffusion du monoxyde de carbone. Ils abordent parfois des points très techniques.

Sans aucunement vouloir faire injure aux aptitudes linguistiques des pneumologues français, il est illusoire de penser que ces éléments puissent avoir une utilité directe s’ils ne sont accessibles qu’en anglais, et ce qu’il s’agisse d’améliorer le niveau métrologique des explorations fonctionnelles respiratoires au quotidien, d’améliorer la sécurité des patients vis-à-vis des risques infectieux, ou de suivre un canevas standardisé d’interprétation.

Comme pour tout texte de consensus, celui-ci est fait de compromis. L’éditorial d’ouverture en témoigne clairement, laissant entendre qu’au sein du groupe de travail tout n’a pas toujours été rose pendant l’élaboration du document. Ceci se ressent parfois dans l’écriture du texte original, qui n’est pas sans comporter certaines ambiguïtés.

L’anglais technique se prêtant mieux que le français au « flou artistique », les coordinateurs de cette version française ont donc parfois été amenés à prendre quelques libertés avec la traduction « au plus près » qu’a réalisée avec un immense talent Marie-Claire Parrot. Chacun peut trouver à redire à la version originale comme à la version française, et considérer que telle ou telle recommandation manque de clarté ou de réalisme, que telle ou telle prise de position sur une interprétation est discutable, etc.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medix

Partagez ce post

Articles apparentés

·